Réaction du centre LGBT de Normandie concernant l’émission « Les Grosses Têtes » du 29 mai 2017 animée par Laurent Ruquier

13 Sep

Communiqué de presse du Centre LGBT de Normandie (17 juin 2017)

Lundi 29 mai dernier, l’équipe des Grosses Têtes, émission animée par Laurent Ruquier et sa bande sur les ondes de RTL, a réagit à l’intervention de Ludivine Valandro dans un centre commercial, sosie de Christina Cordula, alors présente dans le studio de RTL. La réaction, variée mais constamment agressive, a visé le talent de Ludivine Valandro mais aussi et surtout, sa transidentité. C’est ainsi que Laurent Ruquier s’est demandé « qui est ce travelo ? », que Chantal Ladsou a plaisanté en demandant « c’était avant l’opération, non ? » ou bien que Christophe Dechavanne a exclamé « et elle a peut-être une grosse bite ». Cette liste non exhaustive des propos transphobes déferlées dans l’émission a forgé une forte humiliation de l’artiste en direct devant des millions d’auditeurs.

À vouloir faire rire son immense public, Ruquier et son équipe n’ont pas hésité à tomber dans une immonde transphobie, et ce de différentes façons. Tout d’abord, par la négation de la réelle identité de genre de Ludivine Valandro, en ne cessant de la malgenré, malgré son nom d’usage clairement féminin. Ensuite, par réduire l’artiste à son sexe uniquement, partageant ainsi l’attitude transphobe de vouloir constamment se focaliser sur le sexe des personnes trans. Enfin, l’utilisation répétée des insultes « travelo » ou même « travesti » que Dechavanne trouve « rigolo ».

On assiste ici à une scène de transphobie ordinaire, avec pour but de totalement humilier Ludivine Valandro, en attaquant frontalement la transidentité de l’artiste, en ignorant le réel sexe et genre de la personne et en se moquant intensivement de sa prestation, la relayant au rang de bête de foire dont le sexe est leur unique obsession. Le tout en direct devant des millions d’auditeurs, sans se soucier de la portée des propos, sans se soucier de la conséquence de ces paroles sur la vie de Ludivine Valandro, sans se soucier de la banalisation qu’engendre ce type de parole et qui pousse d’autres à agir de la sorte devant des personnes trans.

Le Centre LGBT condamne fermement les propos et ricanements transphobes exercés dans le studio de RTL ce lundi 29 mai et rappelle que la transphobie est une réalité, qu’elle augmente d’année en année et qu’à titre d’exemple, SOS Homophobie(1) a enregistré une hausse de 76% de témoignages transphobes sur l’année 2017.

Ce cas de transphobie n’est pas unique, rappelons que le mercredi 17 mai dernier, en plein de journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le président de la Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme a dit en direct(2) sur C-News « À moins qu’on ait un transgenre, ou je ne sais quoi » en parlant de la parité dans le gouvernement d’Edouard Philippe. De même que plus récemment, Cyril Hanouna a humilié de jeunes homosexuels en direct sur C8 les exposant à de possibles attaques homophobes de la part de leurs proches.

Le Centre LGBT appelle ainsi le CSA à agir pour sanctionner l’ensemble de ces émissions, chroniqueu.rs.se.s et intervenant.e.s afin de faire respecter la loi et de lutter activement contre l’homophobie et la transphobie dans les médias audio et télévisuels. Le Centre demande aussi à l’ensemble de la population du grand ouest de dénoncer ces séquences transphobes et homophobes au CSA, sur sa page dédiée

https://www.sos-homophobie.org/rapport-annuel-2017/editorial-du-rapport-annuel-2017
https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/sur-cnews-5-hommes-et-1-femme-se-demandent-si-la-parite-est?utm_term=.uorXv7gL68#.jyO05DnMJN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *